Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1868, tome 7.djvu/103

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

exactement — ce que je puis fournir sur terre et sur mer pour affronter la crise actuelle.


CÉSAR.

Jusqu’à ce que nous nous revoyons, — je m’occuperai du même objet. Adieu.


LÉPIDE.

— Adieu, monseigneur. Si dans l’intervalle vous apprenez — de nouveaux mouvements au dehors, je vous supplie — de m’en faire part.


CÉSAR.

N’en doutez pas, seigneur. — Je sais que c’est mon devoir.

Ils sortent.

Scène V.


[Alexandrie. Dans le palais.]


Entrent Cléopâtre, Charmion, Iras, et Mardian.

CLÉOPÂTRE.

Charmion !


CHARMION.

Madame ?


CLÉOPÂTRE.

Ah ! ah !… — donne-moi à boire de la mandragore.


CHARMION.

Pourquoi, madame ?


CLÉOPÂTRE.

— Pour que je puisse dormir ce grand laps de temps — où mon Antoine est loin de moi.


CHARMION.

Vous pensez à lui — bien de trop.