Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1865, tome 2.djvu/370

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


nelles d’un bleu sombre restèrent quelque temps immobiles. Enfin, elle regarda autour d’elle avec étonnement ; elle aperçut Henri qui, agenouillé en silence auprès de son lit, surveillait son sommeil d’un regard d’amour silencieux, et les étoiles lumineuses qui brillaient à travers la vitre.


fin.