Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1865, tome 2.djvu/341

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


moi, je me refuse à tolérer des insultes aussi perçantes. Prépare-toi, Serlsby. Un de nous deux va mourir.


Serlsby

Tu le vois, je te brave sur le terrain et je maintiens tout ce que j’ai dit ! En garde ! Assez de criailleries ! Si tu me tues, songe que j’ai un fils qui vengera dans ton sang le sang de son père.


Lambert

Et moi aussi j’ai un vaillant fils qui osera croiser le fer avec le tien. Allons ! dégaine.

Ils se battent.



Bacon, présentant le miroir aux étudiants

Allons ! mes gaillards, regardez dans le miroir et dites-moi si vous distinguez vos pères.

Les deux étudiants regardent dans le miroir.



Premier étudiant

Ah ! c’est cruel ! Serlsby, ton père est coupable ; il se bat avec mon père !


Deuxième étudiant

Tu mens, Lambert. C’est ton père qui est l’offenseur, et tu le verras bien, s’il arrive malheur à mon père.


Lambert, au fond du théâtre

Pourquoi t’arrêtes-tu, Serlsby ? As-tu peur pour ta vie ! Allons, encore une passe, mon brave. La belle Marguerite vaut bien cela.


Serlsby, au fond du théâtre

Soit ! en voici une en son honneur.

Serlsby se remet en garde et touche Lambert.



Second étudiant

Ah ! bien frappé.


Premier étudiant

Oui, mais fais attention à la riposte.

La lutte continue au fond du théâtre. Lambert touche Serlsby.



Serlsby, tombant

Oh ! je suis tué !


Lambert, tombant

Et moi aussi ! Dieu ait pitié de moi !


Premier étudiant, au second étudiant

Ton père a tué le mien. En garde, Serlsby !


Second étudiant

Ton père a tué mon père. Tu vas me payer cela, Lambert !

Les deux étudiants se battent puis tombent frappés l’un par l’autre.



Bungay

Oh ! l’affreuse aventure !