Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1865, tome 2.djvu/282

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


faire le flux et le reflux, — et rivaliser avec l’astre, sans en avoir la puissance. — tous trois m’ont volé ; et ce demi-diable — (car c’est un démon bâtard) avait comploté avec les deux autres — de m’arracher la vie.

Montrant Trinculo et Stephano.

Ces deux-là, — vous devez les reconnaître comme à vous.

Montrant Caliban.

Quant à cet être de ténèbres, — je le reconnais comme mien.


CALIBAN

Je vais être pincé à mort.


ALONSO

— Mais n’est-ce pas Stephano, mon sommelier ivrogne ?


SÉBASTIEN

— Il est ivre en ce moment même ; où a-t-il eu du vin ?


ALONSO

— Trinculo est mûr : il chancelle… Où donc ont-ils trouvé — cet élixir grandiose qui les a ainsi dorés ?

À Trinculo.

— Qui t’a mis à cette sauce-là ? —


TRINCULO

Je suis à cette sauce depuis que je vous ai vu. Ah ! je crains bien qu’elle ne me sorte plus des os ; je n’ai plus peur des piqûres de mouches.


SÉBASTIEN

— Et toi, comment vas-tu, Stephano ?


STEPHANO

Oh ! ne me touchez pas ; je ne suis pas Stephano, mais une crampe.


PROSPERO

— Vous vouliez être roi de cette île, drôle ? —


STEPHANO

J’aurais été un roi bien sensible alors.