Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1865, tome 2.djvu/268

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



TRINCULO, apercevant la défroque pendue à la corde

Ô roi Stephano ! ô preux ! ô digne Stephano ! regarde, quelle magnifique garde-robe voici pour toi !


CALIBAN

— Laisse tout cela, imbécile ! ce n’est que du clinquant ! —


TRINCULO

Oh ! oh ! monstre ! nous nous connaissons en friperie… Ô roi Stephano !


STEPHANO

Lâche cette robe, Trinculo ; par ce poing, j’aurai cette robe.


TRINCULO

Ta majesté l’aura.


CALIBAN

— Que l’hydropisie noie cet imbécile !… Qu’avez-vous — à vous extasier ainsi devant une pareille défroque ? Marchons ! en avant ! — et faisons le meurtre d’abord… S’il s’éveille, — il couvrira nos peaux de morsures, des pieds au crâne, — et il fera de nous une étrange étoffe. —


STEPHANO

Taisez-vous, monstre… Madame la corde, je prends a votre ligne ce pourpoint… Voici le pourpoint qui descend la ligne… Ô pourpoint, tu vas perdre ton poil et devenir un pourpoint chauve.


TRINCULO

Prenez, prenez ; n’en déplaise à votre grâce, c’est un vol fait à la corde et au cordeau.


STEPHANO

Merci de ce bon mot : voici un vêtement pour ça ; l’esprit ne restera jamais sans récompense tant que je serai roi de ce pays… Un vol fait à la corde et au cordeau !… C’est une pointe excellente : voici encore un vêtement pour ça.