Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1865, tome 2.djvu/245

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



FERDINAND

Vous serez ma maîtresse, très-chère ; — et moi, toujours ainsi, à vos genoux.


MIRANDA

Vous m’épouserez alors ?


FERDINAND

— Oui certes, aussi volontiers — que la servitude épouse la liberté. Voici ma main.


MIRANDA

— Et voici la mienne, avec mon cœur dedans. Et maintenant adieu… — pour une demi-heure.


FERDINAND

Mille ! mille baisers !

Ils sortent.



PROSPERO

— Je ne puis être aussi joyeux qu’eux — pour qui tout est surprise ; mais ceci me rend — aussi heureux que possible. Je retourne à mon livre, — car, avant l’heure du souper, il me reste à faire — bien des choses urgentes.

Il sort.



Scène VI

[Une autre partie de l’île.]


Entrent Stephano et Trinculo. Caliban les suit avec une bouteille.



STEPHANO

Plus un mot… Quand la barrique sera vide, nous boirons de l’eau ; jusque-là pas une goutte ! Ainsi, ferme et à l’abordage ! Valet-monstre, bois à moi.


TRINCULO

Valet-monstre !… que cette île est folle ! on dit que