Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1865, tome 2.djvu/181

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



THÉSÉE

Bien couru, Thisbé !


HIPPOLYTE

Bien luit, Lune… Vraiment, la lune luit de fort bonne grâce.

Le Lion déchire le manteau de Thisbé.



THÉSÉE

Bien griffé, lion !

Le Lion sort.



DÉMÉTRIUS

Et, sur ce, voici Pyrame qui vient.


LYSANDRE

Et la lune qui s’éclipse.


Entre Pyrame.



PYRAME

Douce lune, merci de tes rayons solaires.
Merci, lune, de briller maintenant avec tant d’éclat,
Car, à la clarté dorée de tes torrents lumineux,
J’espère savourer la vue de la très-fidèle Thisbé.
Mais, arrêtons ! — Ô douleur !
Mais, regardons ! Pauvre chevalier,
Quel malheur affreux !
Yeux, voyez-vous ?
Est-il possible ?
Ô poule mignonne ! ô chère !
Eh quoi ! ton manteau, le meilleur !
Teint de sang ?
Approchez, furies cruelles !
Ô Parques, venez ! venez !
Tranchez le gros fil de mes jours !
Frappez, écrasez, achevez, massacrez-moi !


THÉSÉE

Cette émotion causée par la mort d’une amie chère pourrait presque donner l’air triste à un homme.