Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1865, tome 2.djvu/161

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


fées — pour l’amener à mon bosquet dans le pays féerique. — Et maintenant que j’ai l’enfant, je vais mettre un terme — à l’odieuse erreur de ses yeux. — Toi, gentil Puck, enlève ce crâne emprunté — de la tête de ce rustre Athénien ; — afin que, s’éveillant avec les autres, — il s’en retourne comme eux à Athènes, — ne se rappelant les accidents de cette nuit — que comme les tribulations d’un mauvais rêve. — Mais d’abord je vais délivrer la reine des fées. —

Il touche les yeux de Titania avec une herbe.

Sois comme tu as coutume d’être ;
Vois comme tu as coutume de voir ;
La fleur de Diane a sur la fleur de Cupidon
Cette influence et ce bienheureux pouvoir.

— Allons, ma Titania ; éveillez-vous, ma douce reine.


TITANIA, s’éveillant

— Mon Obéron ! quelles visions j’ai vues ! — il m’a semblé que j’étais amoureuse d’un âne.


OBÉRON

— Voilà votre amant, par terre.


TITANIA

Comment ces choses sont-elles arrivées ? — Oh ! combien son visage est répulsif à mes yeux maintenant !


OBÉRON

— Silence, un moment. Robin, enlève cette tête. — Titania, appelez votre musique ; et qu’elle frappe d’une léthargie, plus profonde — qu’un sommeil vulgaire, les sens de ces cinq êtres.


TITANIA

— La musique ! holà ! une musique à enchanter le sommeil !


PUCK, enlevant la tête d’âne de Bottom

— Quand tu t’éveilleras, vois avec tes yeux d’imbécile.