Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1865, tome 2.djvu/104

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



LYSANDRE

— Qu’y a-t-il, mon amour ? pourquoi votre joue est-elle si pâle ? — Par quel hasard les roses se fanent-elles là si vite ?


HERMIA

— Peut-être faute de pluie ; et je pourrais bien — en faire tomber par un orage de mes yeux.


LYSANDRE

— Hélas ! d’après tout ce que j’ai pu lire dans l’histoire — ou appris par ouï-dire, — l’amour vrai n’a jamais suivi un cours facile. — Tantôt ç’a été la différence de naissance…


HERMIA

— Ô contrariété ! être enchaîné à plus bas que soi !


LYSANDRE

— Tantôt, on a été mal greffé sous le rapport des années…


HERMIA

— Ô malheur ! être engagé à plus jeune que soi !


LYSANDRE

— Tantôt tout a dépendu du choix des parents…


HERMIA

— Ô enfer ! choisir ses amours par les yeux d’autrui !


LYSANDRE

— Ou, si par hasard la sympathie répondait au choix, — la guerre, la mort, la maladie venaient assiéger cette union, — et la rendre éphémère comme un son, — fugitive comme une ombre, courte comme un rêve, — rapide comme un éclair qui, dans une nuit profonde, — découvre par accès le ciel et la terre, — et que la gueule des ténèbres dévore, — avant qu’on ait pu dire : Regardez ! — Si prompt est tout ce qui brille à s’évanouir !


HERMIA

— Si les vrais amants ont toujours été traversés ainsi,