Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1865, tome 1.djvu/356

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

une âme de grand article : il y a en lui un tel mélange de raretés et de curiosités, que, à parler vrai de lui, il n’a de semblable que son miroir, et tout autre portrait ne serait qu’une ombre, rien de plus.


OSRIC

Votre seigneurie parle de lui en juge infaillible.


HAMLET

À quoi bon tout ceci, monsieur ? Pourquoi affublons-nous ce gentilhomme de nos phrases grossières ?


OSRIC

Monsieur.


HORATIO, à Hamlet

On peut donc parler à n’importe qui sa langue ? Vraiment, vous auriez ce talent-là, seigneur ?


HAMLET

Que fait à la question le nom de ce gentilhomme ?


OSRIC

De Laertes ?


HORATIO

Sa bourse est déjà vide : toutes ses paroles d’or sont dépensées.


HAMLET

De lui, monsieur.


OSRIC

Je pense que vous n’êtes pas sans savoir…


HAMLET

Tant mieux si vous avez de moi cette opinion ; mais quand vous l’auriez, cela ne prouverait rien en ma faveur… Eh bien, monsieur ?


OSRIC

Vous n’êtes pas sans savoir de quelle supériorité Laertes est à son arme ?


HAMLET

Je n’ose faire cet aveu, de peur de me comparer à lui :