Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1865, tome 1.djvu/349

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

HAMLET

Tu fais là une mauvaise prière. — Ôte tes doigts de ma gorge, je te prie. — Car, bien que je ne sois ni irascible ni violent, — j’ai cependant en moi quelque chose de dangereux — que tu feras sagement de craindre. À bas la main !


LE ROI

— Arrachez-les l’un à l’autre.


LA REINE

Hamlet ! Hamlet !


TOUS

— Messieurs !


HORATIO

Mon bon seigneur, calmez-vous.

Les assistants les séparent et ils sortent de la fosse.



HAMLET

— Oui, je veux lutter avec lui pour cette cause, — jusqu’à ce que mes paupières aient cessé de remuer.


LA REINE

— Ô mon fils, pour quelle cause ?


HAMLET

— J’aimais Ophélia. Quarante mille frères — ne pourraient pas, avec tous leurs amours réunis, — parfaire la somme du mien.

À Laertes.

Qu’es-tu prêt à faire pour elle ?


LE ROI

— Oh ! il est fou, Laertes.


LA REINE

Pour l’amour de Dieu, laissez-le dire !


HAMLET

— Morbleu ! — montre-moi ce que tu veux faire. — Veux-tu pleurer ? Veux-tu te battre ? Veux-tu jeûner ? Veux-tu te déchirer ? — Veux-tu avaler l’Issel ? manger