Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1865, tome 1.djvu/331

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

aimons nous-mêmes, — et cela, j’espère, peut vous faire imaginer…

Entre un messager.

— Qu’est-ce ? quelle nouvelle ? —


LE MESSAGER

Monseigneur, des lettres d’Hamlet : — celle-ci pour votre majesté ; celle-là pour la reine.


LE ROI

D’Hamlet ! Qui les a apportées ?


LE MESSAGER

Des matelots, à ce qu’on dit, monseigneur : je ne les ai pas vus. Elles m’ont été transmises par Claudio qui les a reçues le premier.


LE ROI

— Laertes, vous allez les entendre. Laissez-nous.

Sort le messager.



LE ROI, lisant

« Haut et puissant seigneur, vous saurez que j’ai été déposé nu sur la terre de votre royaume. Demain je demanderai la faveur de voir votre royale personne, et alors, après avoir réclamé votre indulgence, je vous raconterai ce qui a occasionné mon retour soudain et plus étrange encore.

Hamlet. »

— Qu’est-ce que cela signifie ? Est-ce que tous les autres sont de retour ? — Ou est-ce une mystification, et n’y a-t-il rien de vrai ?


LAERTES

Reconnaissez-vous la main ?


LE ROI

— C’est l’écriture d’Hamlet. Nu ! — Et en post-scriptum, ici, il ajoute : Seul ! — Pouvez-vous m’expliquer cela ?