Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1865, tome 1.djvu/288

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

nous touche pas. Que les rosses que cela écorche ruent, nous n’avons pas l’échine entamée.

Entre sur le second théâtre Lucianus.

Celui-ci est un certain Lucianus, neveu du roi.


OPHÉLIA

Vous remplacez parfaitement le chœur, monseigneur.


HAMLET

Je pourrais expliquer ce qui se passe entre vous et votre amant, si je voyais remuer les marionnettes.


OPHÉLIA

Vous êtes piquant, monseigneur, vous êtes piquant !


HAMLET

Il ne vous en coûterait qu’un cri pour que ma pointe fût émoussée.


OPHÉLIA

De mieux en pire.


HAMLET

C’est la désillusion que vous causent tous les maris… Commence, meurtrier, laisse là tes pitoyables grimaces, et commence. Allons !

« Le corbeau croasse : Vengeance ! »


LUCIANUS

Noires pensées, bras dispos, drogue prête, heure favorable.
L’occasion complice ; pas une créature qui regarde.
Mixture infecte, extraite de ronces arrachées à minuit,
Trois fois flétrie, trois fois empoisonnée par l’imprécation d’Hécate,
Que ta magique puissance, que tes propriétés terribles
Ravagent immédiatement la santé et la vie !

Il verse le poison dans l’oreille du roi endormi.



HAMLET

Il l’empoisonne dans le jardin pour lui prendre ses États. Son nom est Gonzague. L’histoire est véritable et écrite dans le plus pur italien. Vous allez voir tout à