Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1865, tome 1.djvu/274

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

qu’ils ont perdu leur parfum, — reprenez-les ; car, pour un noble cœur, — le plus riche don devient pauvre, quand le donateur cesse d’être bienveillant. — Tenez, monseigneur. —


HAMLET

Ha ! ha ! vous êtes vertueuse ?


OPHÉLIA

Monseigneur ?


HAMLET

Et vous êtes belle !


OPHÉLIA

Que veut dire votre seigneurie ?


HAMLET

Que si vous êtes vertueuse et belle, vous ne devez pas permettre de relation entre votre vertu et votre beauté.


OPHÉLIA

La beauté, monseigneur, peut-elle avoir une meilleure compagne que la vertu ?


HAMLET

Oui, ma foi : car la beauté aura le pouvoir de faire de la vertu une maquerelle, avant que la vertu ait la force de transformer la beauté à son image. Je vous ai aimée jadis.


OPHÉLIA

Vous me l’avez fait croire en effet, monseigneur.


HAMLET

Vous n’auriez pas dû me croire ; car la vertu a beau être greffée à notre vieille souche, celle-ci sent toujours son terroir. Je ne vous aimais pas.


OPHELIA

Je n’en ai été que plus trompée.


HAMLET

Va-t’en dans un couvent ! À quoi bon te faire nourrice de pécheurs ? je suis moi-même passablement vertueux ;