Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1865, tome 1.djvu/267

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

À Polonius.

Veillez, je vous prie, monseigneur, à ce que ces comédiens soient bien traités. Entendez-vous ? qu’on ait pour eux des égards ; car ils sont le résumé, la chronique abrégée des temps. Mieux vaudrait pour vous une méchante épitaphe après votre mort que leurs blâmes pendant votre vie.


POLONIUS

Monseigneur, je les traiterai conformément à leurs mérites.


HAMLET

Morbleu ! l’ami, beaucoup mieux. Traiter chacun d’après son mérite, qui donc échappera aux étrivières ?… Non. Traitez-les conformément à votre propre rang, à votre propre dignité. Moins vos égards seront mérités, plus votre bienveillance aura de mérite. Emmenez-les.


POLONIUS

Venez, messieurs.

Polonius sort avec quelques-uns des acteurs.



HAMLET

Suivez-le, mes amis ; nous aurons une représentation demain.

Au premier comédien, auquel il fait signe de rester.

Écoutez-moi, vieil ami pourriez-vous jouer le meurtre de Gonzague ?


PREMIER COMÉDIEN

Oui, monseigneur.


HAMLET

Eh bien ! vous le jouerez demain soir. Vous pourriez, au besoin, étudier une tirade de douze ou quinze vers que j’écrirais et que j’y intercalerais ? Vous le pourriez, n’est-ce pas ?


PREMIER COMÉDIEN

Oui, monseigneur.