Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1865, tome 1.djvu/243

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

POLONIUS

— Adieu !

Reynaldo sort.
Entre Ophélia.


Eh bien ! Ophélia, qu’y a-t-il ?


OPHÉLIA

— Oh ! monseigneur ! monseigneur, j’ai été si effrayée !


POLONIUS

— De quoi, au nom du ciel ?


OPHÉLIA

— Monseigneur, j’étais à coudre dans ma chambre, — lorsqu’est entré le seigneur Hamlet, le pourpoint tout défait, — la tête sans chapeau, les bas chiffonnés, — sans jarretières et retombant sur la cheville, — pâle comme sa chemise, les genoux s’entrechoquant, — enfin avec un aspect aussi lamentable — que s’il avait été lâché de l’enfer — pour raconter des horreurs… Il se met devant moi.


POLONIUS

— Son amour pour toi l’a rendu fou !


OPHÉLIA

Je n’en sais rien, monseigneur, — mais, vraiment, j’en ai peur.


POLONIUS

Qu’a-t-il dit ?


OPHÉLIA

— Il m’a prise par le poignet et m’a serrée très-fort. — Puis, il s’est éloigné de toute la longueur de son bras ; — et, avec l’autre main posée comme cela au-dessus de mon front, — il s’est mis à étudier ma figure comme — s’il voulait la dessiner. Il est resté longtemps ainsi. — Enfin, secouant légèrement mon bras, — et hochant trois fois la tête de haut en bas, — il a poussé un soupir si pitoyable