Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1865, tome 1.djvu/238

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


HAMLET

— Jurez sur mon épée, jurez !


LE SPECTRE, de dessous terre.

Jurez !


HAMLET

— Ah ! ah ! mon garçon, est-ce toi qui parles ? es-tu là, sou vaillant ? — Allons !… vous entendez le gaillard dans la cave, — consentez à jurer.


HORATIO

Prononcez la formule, monseigneur !


HAMLET

— Ne jamais dire un mot de ce que vous avez vu ; — jurez-le sur mon épée.


LE SPECTRE, de dessous terre.

Jurez !


HAMLET

Hic et ubique. Alors, changeons de place. — Venez ici, messieurs, — et étendez encore les mains sur mon épée. — Vous ne parlerez jamais de ce que vous avez entendu, — jurez-le sur mon épée.


LE SPECTRE, de dessous terre.

Jurez !


HAMLET

— Bien dit, vieille taupe ! Peux-tu donc travailler si vite sous terre ? — L’excellent pionnier ! Éloignons-nous encore une fois, mes bons amis.


HORATIO

— Nuit et jour ! voilà un prodige bien étrange !


HAMLET

— Donnez-lui donc la bienvenue due à un étranger. — Il y a plus de choses sur la terre et dans le ciel, Horatio, — qu’il n’en est rêvé dans votre philosophie. Mais venez donc. — Jurez ici, comme tout à l’heure, et que le ciel vous soit en aide ! — Quelque étrange ou bizarre