Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1865, tome 1.djvu/218

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

tables du mariage. — Que n’ai-je été rejoindre mon plus intime ennemi dans le ciel — plutôt que d’avoir jamais vu ce jour, Horatio ! — Mon père ! — Il me semble que je vois mon père !


HORATIO

Où donc, — monseigneur ?


HAMLET

Avec les yeux de la pensée, Horatio.


HORATIO

— Je l’ai vu jadis c’était un magnifique roi.


HAMLET

— C’était un homme auquel, tout bien considéré, — je ne retrouverai pas de pareil.


HORATIO

— Monseigneur, je crois l’avoir vu la nuit dernière.


HAMLET

Vu ! qui ?


HORATIO

— Monseigneur, le roi votre père.


HAMLET

Le roi mon père !


HORATIO

— Calmez pour un moment votre surprise — par l’attention, afin que je puisse, — avec le témoignage de ces messieurs, — vous raconter ce prodige.


HAMLET

Pour l’amour de Dieu, parle !


HORATIO

— Pendant deux nuits de suite, tandis que ces messieurs, — Marcellus et Bernardo, étaient de garde, — au milieu du désert funèbre de la nuit, — voici ce qui leur est arrivé. Une figure semblable à votre père, — armée de toutes pièces, de pied en cap, — leur est apparue, et, avec une démarche solennelle, — a passé lentement