Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1865, tome 1.djvu/213

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

mes pensées et mes vœux se tournent de nouveau vers la France — et s’inclinent humblement devant votre gracieux congé.


LE ROI

— Avez-vous la permission de votre père ? que dit Polonius ?


POLONIUS

— Il a fini, monseigneur, par me l’arracher — à force d’importunités ; mais, enfin, — j’ai à regret mis à son désir le sceau de mon consentement. — Je vous supplie de le laisser partir.


LE ROI

— Pars quand tu voudras, Laertes : le temps t’appartient, emploie-le au gré de tes plus chers caprices. — Eh bien ! Hamlet, mon cousin et mon fils…


HAMLET, à part

— Un peu plus que cousin, et un peu moins que fils.


LE ROI

— Pourquoi ces nuages qui pèsent encore sur votre front ?


HAMLET

— Il n’en est rien, seigneur ; je suis trop près du soleil.


LA REINE

— Bon Hamlet, dépouille ces couleurs nocturnes — et jette au roi de Danemark un regard ami. — Ne t’acharne pas, les paupières ainsi baissées, — à chercher ton noble père dans la poussière. — Tu le sais, c’est la règle commune : tout ce qui vit doit mourir, — emporté par la nature dans l’éternité.


HAMLET

— Oui, madame, c’est la règle commune.