Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1865, tome 1.djvu/206

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

HORATIO

— Tout à fait ! Je suis labouré par la peur et par l’étonnement.


BERNARDO

— Il voudrait qu’on lui parlât.


MARCELLUS

Questionne-le, Horatio.


HORATIO

— Qui es-tu, toi qui usurpes cette heure de la nuit — et cette forme noble et guerrière — sous laquelle la majesté ensevelie du Danemark — marchait naguère ? Je te somme au nom du ciel, parle.


MARCELLUS

— Il est offensé.


BERNARDO

Vois, il s’en va fièrement.


HORATIO

— Arrête ; parle ! je te somme de parler ; parle !

Le Spectre sort.



MARCELLUS

— Il est parti, et ne veut pas répondre.


BERNARDO

— Eh bien ! Horatio, vous tremblez et vous êtes tout pâle : — ceci n’est-il rien de plus que de l’imagination ? — Qu’en pensez-vous ?


HORATIO

— Devant mon Dieu, je n’aurais pu le croire, — sans le témoignage sensible et évident — de mes propres yeux.


MARCELLUS

Ne ressemble-t-il pas au roi ?


HORATIO

— Comme tu te ressembles à toi-même. — C’était bien là l’armure qu’il portait, — quand il combattit l’ambi-