Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1865, tome 1.djvu/193

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

HAMLET.

Personne ne le peut mieux que vous, car vous êtes parfumé ; — sans cela il faudrait avoir le nez bouché pour ne pas sentir en vous un — imbécile.


HORATIO.

Il se révèle de lui-même sans qu’il soit besoin d’enquête.


HAMLET.

Crois-moi, Horatio, je me sens au cœur — un malaise soudain, partout ici.


HORATIO.

Eh bien, monseigneur, refusez le défi.


HAMLET.

Non, Horatio, non. Si l’heure du danger est venue pour moi, — c’est qu’elle n’est pas à venir. Il y a une providence prédestinée — pour la chute d’un moineau. Voici le roi.


Entrent le Roi, la Reine, Léartes, des Seigneurs.



LE ROI.

Maintenant, fils Hamlet, nous avons mis l’enjeu sur votre tête, — et nous ne doutons pas que nous ne gagnions.


HAMLET.

Votre majesté a parié du côté le plus faible.


LE ROI.

Je n’ai pas de doute. Remettez-leur les fleurets.


HAMLET.

Et d’abord, Léartes, voici ma main et mon amitié, — comme preuve que je n’ai jamais outragé Léartes. — Si Hamlet, dans, sa folie, a mal agi, — ce n’est pas Hamlet qui a agi, c’est sa folie. — Tout le tort que j’ai jamais eu envers Léartes, — je le proclame ici acte de folie. Faisons donc la paix, — et voyez en moi un homme qui,