Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1865, tome 1.djvu/161

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

HAMLET.

Et si le roi n’aime pas la tragédie,
C’est sans doute qu’il ne l’aime pas, pardi !


ROSSENCRAFT.

Nous sommes enchantés de voir votre grâce aussi gaie. — Mon bon seigneur, laissez-nous vous conjurer encore — de nous faire connaître la cause de votre trouble.


GILDERSTONE.

Monseigneur, votre mère vous supplie de venir lui parler.


HAMLET.

Nous lui obéirons, fût-elle dix fois notre mère.


ROSSENCRAFT.

Mon bon seigneur, parviendrai-je à vous décider ?


HAMLET.

De grâce, voulez-vous jouer de cette flûte ?


GILDERSTONE.

Hélas ! monseigneur, — je ne sais pas.


HAMLET.

Je vous en prie, voulez-vous ?


GILDERSTONE.

Je n’ai pas ce talent, monseigneur.


HAMLET.

Eh bien ! voyez, ce n’est rien. — Il n’y a qu’à boucher ces trous, — et avec un léger souffle de vos lèvres, — cela fera une musique très-délicate.


GILDERSTONE.

Mais nous ne savons pas le faire, monseigneur.


HAMLET.

Je vous en prie, je vous en prie instamment, je vous en supplie.