Ouvrir le menu principal

Page:Sensine - Chrestomathie Poètes, Payot, 1914.djvu/627

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
605
grégoire le roy

Il semble qu’elle vogue au bleu du ciel d’été,
et c’est une autre mer limpide au-dessus d’elle…
Et le reflet, sur l’eau doucement agitée,
ainsi diaphane est une aile
qui se suspend dans la clarté.



Œuvres à lire d’Albert Mockel : (Librairie de l’Art Indépendant et Société du Mercure de France, Paris, éditeurs) : L’Essor du rêve (1887) ; Chantefable un peu naïve (1891) ; Clartés (1902). — Critiques à consulter : Charles Delchevalerie, Revue Blanche (25 mars 1892) ; Maurice Gauchez, Le Livre des masques belges (1909) ; Tancrède de Visan, L’Attitude du Lyrisme contemporain (1911).




GRÉGOIRE LE ROY

Né à Gand en 1862.

Il y a chez ce poète, sincère et pénétrant, un lyrique tendrement doux et un symboliste un peu subtil, mais compréhensif et raisonnable. Il a exprimé avec ces deux tendances la mélancolie troublante de la vie, puis son âme s’est rassérénée, son pessimisme s’est atténué et l’azur de l’Idéal a ébloui ses yeux d’une vision consolante. Sur de jolis rythmes caressants il a su fort bien exprimer l’émotion et le rêve.

Celles de la nuit[1].

Aux bords opalisés de lune
Et déserts d’adieux éternels,
Nous errons, seules, une à une,
Veuves des lys spirituels.

Et nos mains, à jamais marries[2],
Sont oublieuses des fuseaux,
Fleurs nonchalantes et flétries,
Nénuphars[3] exilés des eaux.

L’amour a blessé toute envie ;
C’est pourquoi telles nous voici ;
Immarcessibles[4] à la vie,
Comme mortes déjà d’ici.

Tocsin de cloche, appel nocturne,
L’espoir du cœur a tu sa voix ;
Nos lasses mains ont brisé l’urne
Dans quoi nous buvions autrefois.

  1. Extrait de La Chanson d’un soir (1886).
  2. Participe passé de l’ancien verbe marrir ; il veut dire attristé.
  3. Voir page 198, note 1. On remarquera combien ce mot revient souvent chez les poètes.
  4. Qui ne peut se flétrir (du latin immarcessibilis) ; ce mot n’est pas très clair ici.