Ouvrir le menu principal

Page:Sensine - Chrestomathie Poètes, Payot, 1914.djvu/589

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
567
iwan gilkin

Anatomie[1].

Dans la rue, au théâtre, au bal, je décompose
Les visages. Toujours j’y retrouve le Mal,
Qui sous les teints cuivrés, la graisse ou la chlorose[2]
Découpe en grimaçant un profil d’animal.

La brute qui végète au fond de l’âme, impose
Au galbe lentement son rictus bestial ;
L’être humain se dissout et se métamorphose
En chien, en bouc, en porc, en hyène, en chacal.

L’Avarice, le Vol, la Ruse et la Luxure,
Sous Le faux vernis des civilisations
Trahissent lâchement notre ignoble nature ;

Les muscles vigoureux et les carnations
Superbes font aux os d’inutiles toilettes,
Où transparaît l’horreur intime des squelettes.



Prométhée[3].

Le titan Prométhée a fabriqué des statues d’hommes et de femmes qu’il a réussi à animer, malgré les dieux, par l’influence de son immense amour ; il a ainsi créé l’humanité, mais une humanité malheureuse. Les hommes, terrorisés par la nature, sont devenus méchants et ont proscrit leur bienfaiteur ; seuls quelques jeunes hommes sont restés purs et viennent le trouver dans sa retraite, d’où Zeus l’arrachera bientôt pour le clouer sur le rocher et le livrer à l’aigle qui lui dévorera le foie jusqu’au jour de la délivrance. — Dans la scène qui suit, Néogène vient demander à Prométhée pourquoi les hommes l’ont abandonné. Il répond.


Prométhée

Ne suis-je pas le contempteur des dieux
Et l’éternel rebelle ?
Les prêtres m’ont maudit. Ils m’appellent le Mal,
Le Tentateur et l’Adversaire.
Le sol que je touchais devint un lieu fatal
Où devait tomber le tonnerre.
Tu demandais tantôt comment m’avaient quitté
Les hommes, ô mon fils : les hommes m’ont chassé.

  1. Extrait de La Nuit. Ce morceau est un de ceux où l’on sent le plus l’influence baudelairienne.
  2. Du grec χλωρός, vert : étiolement des femmes caractérisé par une pâleur verdâtre.
  3. Extrait de la scène V de Prométhée, poème dramatique en VII scènes (1899).
    L’auteur, tout en s’inspirant de la tragédie d’Eschyle, qu’il a incorporée dans son poème, a fait de celui-ci quelque chose de très original. Voir page 106, note 5, et page 300, note 1. La mythologie parle tantôt d’un vautour, tantôt d’une cigale qui torture. Prométhée.