Ouvrir le menu principal

Page:Sensine - Chrestomathie Poètes, Payot, 1914.djvu/587

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
565
iwan gilkin


Porte du paradis, par l’absurde habité !
Haschisch[1] libérateur de la réalité,
Délivrez-moi !

Tapis de velours blanc, où marchent cadencées
D’amples processions d’orgueilleuses pensées,
Exaltez-moi !

Flacon, où tournent dans un cerveau de cristal
Les vertiges du musc, de l’ambre et du santal,
Parfumez-moi !

Orgue religieux dont les vastes musiques
Bâtissent dans les cœurs des églises mystiques,
Élevez-moi !

Maison d’or et d’albâtre où les vins généreux
Versent aux vagabonds les espoirs vigoureux,
Hébergez-moi !

Liqueur soyeuse, crème où les fruits et les baumes
Fondent leur bienfaisance et leurs subtils arômes,
Enivrez-moi !

Manne d’amour, agneau pascal, pain sans levain,
Festin miraculeux où l’eau se change en vin,
Nourrissez-moi !

Hamac qu’une exotique et moelleuse indolence
À l’ombre des palmiers rafraîchissants balance,
Endormez-moi !

Jardin officinal[2] aux douces floraisons,
Où croît parmi les lys l’herbe des guérisons,
Guérissez-moi !

Aérostat vainqueur des sublimes nuages,
Nostalgique wagon, berceur des longs voyages,
Emportez-moi !

Livre mystérieux des sibylles[3] coffret
Où dort, loin des savants, maint austère secret,
Instruisez-moi !

  1. Narcotique tiré du Chanvre indien (Cannabis indica). Il produit une ivresse spéciale, accompagnée de rêves et d’hallucinations quelquefois délicieux, quelquefois horribles. Son usage habituel mène à la folie.
  2. Jardin où croissent les plantes employées dans les officines des pharmaciens.
  3. Dans l’antiquité, femmes qui passaient pour avoir reçu d’un dieu le don de prophétie (mot venu du grec (σιβυλλα par le latin sibylla).