Ouvrir le menu principal

Page:Sensine - Chrestomathie Poètes, Payot, 1914.djvu/584

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
562
chrestomathie française

Vous chantiez, bouvreuils, ô musiques ailées,
Aux échos charmés vos refrains amoureux.

Dans mon gai foyer, plein de flammes joyeuses,
Vous brûliez, rameaux des yeuses des bois ;
Ô grillons, et vous, aux soupirs des yeuses [1]
Ô grillons chanteurs, vous mêliez votre voix !

Dans mon ciel si pur tant de blanches étoiles
Répandaient, la nuit, leur rêveuse clarté,
Et jamais le jour n’avait vu de ses voiles
Un orage obscur en ternir la beauté.

Mon jardin n’a plus une fleur parfumée.
De mes gais bouvreuils le dernier s’envola.
Mon foyer éteint n’est que cendre et fumée.
Tout mon ciel est noir, — car vous n’êtes plus là.



Le soldat de la vieille garde[2].

Soldat de la vieille garde,
Longtemps éprouvé du sort,
Je pleure, ô mon Dieu, regarde !
L’empereur est mort !

Brûlé du soleil du Caire [3],
Glacé par les froids du Nord,
J’ai fait vingt-cinq ans la guerre.
L’empereur est mort !

Acteur de la grande histoire,
De l’homme sublime et fort,
J’en garde ma part de gloire.
L’empereur est mort !

Dix ans j’ai porté son aigle,
Toujours avec lui d’accord ;
Nous sommes tous deux en règle.
L’empereur est mort !

  1. Chêne vert.
  2. Cette pièce rythmique comprend, à chaque strophe, trois vers de sept syllabes à trois accents toniques et un vers de cinq syllabes à deux accents toniques (trois pieds et deux pieds).
    xxx_xxxxx_xxxxx_
    Soldat/ de la viei/lle garde/…
    xxx1xxxxxxx2xxxxxxx3
    xxxx_xxxxxxxx_
    L’empereur/ est mort/
    xxxxx1xxxxxxxxx2

  3. Allusion à la conquête de l’Égypte faite par Bonaparte, alors général, en 1798.