Ouvrir le menu principal

Wikisource β

Page:Segalen - Orphée-Roi.djvu/58

Cette page a été validée par deux contributeurs.


ORPHÉE

Pourquoi ?

EURYDICE

Tu ne me serres pas avec force ?

ORPHÉE

Voudrais-tu !

EURYDICE

Je savais bien. Tu n’es pas comme les hommes…

ORPHÉE

J’aime…

EURYDICE

Oui. Et tu ne m’as pas fait mal encore…

Elle lui tend à distance craintive la main, et l’attirant, le conduisant, tous deux retiennent décidément vers la lisière des montagnes, vers les rumeurs, vers les hommes.
Le Rideau tombe au moment où elle va se laisser atteindre par Lui.