Ouvrir le menu principal

Wikisource β

Page:Segalen - Orphée-Roi.djvu/32

Cette page a été validée par deux contributeurs.


L’AUTRE

C’est quelque vagabond joueur de cithare.

Hé ?

LE VIEILLARD-CITHARÈDE
sans se retourner.

Taisez-vous !

L’UN
comme avec respect.

Ô Citharède aux beaux récits renommés…

Il trébuche… Des cailloux croulent sous ses pieds.
LE VIEILLARD
rudement.

Tais-toi ! Tais-toi ! Écoute !

On réentend, toute seule et singulière :
LA VOIX CHANTANT
Impatients, les deux Hommes ont repris leur marche, et de plus près interpellent le Vieillard.