Page:Segalen - Les Immémoriaux.djvu/93

Cette page a été validée par deux contributeurs.


remèdes : voici qu’un marin Piritané, ayant pris un grand chagrin à voir s’enfuir la femme qui dormait avec lui, ne parlait plus, et ne voulait pas d’autres compagnes. Un jour, on le trouva suspendu à la grosse poutre de son faré, le cou serré dans sa ceinture d’étoffe, le visage bleu. « Il est fou », songeait Térii, « de vouloir s’en aller de la vie parce que l’on n’est point satisfait des jours qui passent et qui s’en iront, certes, d’eux-mêmes ! » Et il s’efforçait d’imaginer d’autres fêtes, encore, et d’autres épreuves, dont il sortirait, cette fois, triomphant. Mais il retombait plus lourdement dans le dépit du passé. Il y décelait la malfaisance des hommes au nouveau langage : leurs dieux avaient surpris ses menées : ils accablaient l’incantateur !

Des échos le hantaient aussi de sa rencontre, sous la grotte, avec l’inspiré de Oro. « Je me change en pierre », avait proclamé la voix. Térii se souvint que les hommes, sous le secours des dieux, peuvent dévêtir la forme humaine et se parer de telle autre image. Ainsi, disait-on, pendant une saison de dure famine, le vieux Téaé, prêtre et Arioï, s’était offert à sauver son peuple. Oro l’avait transfiguré, après des rites, en un grand arbre fécond. Des paroles rythmées contant l’histoire prodigieuse, et que l’on disait sur un mode enthousiaste, venaient chanter sur les lèvres du haèré-po :