Page:Segalen - Les Immémoriaux.djvu/92

Cette page a été validée par deux contributeurs.


de pensers joyeux, et elles s’endormaient ; ou bien elles mouraient d’elles-mêmes en son esprit. Maintenant son chagrin était plus tenace, ses regrets constants. Il ne pouvait plus les jeter par-dessus l’épaule comme font les pêcheurs d’une pêche empoisonnée. Mais ces regrets pesaient sur lui, le harcelaient et s’enfonçaient jusque dans ses entrailles. Il sursautait durant le temps du sommeil, déclarant l’obscurité trop grande, et retournait, en quête de rêves apaisants, sa tête douloureuse sur le coussin de bois qui lui meurtrissait la nuque. Le jour, il languissait, appesanti, sans désirs, sans joies d’aucune sorte. Par-dessus tout la crainte lui vint que Pomaré, dont il avait irrité l’orgueil en confondant l’histoire des Ancêtres, ne lui dépêchât, par son véa de mort, ces pièces arrondies et noires qui désignent les victimes. Alors, on l’assommerait à l’improviste d’un coup de massue, et son corps, traîné par les porteurs-d’offrandes, tomberait du haut de l’autel dans le charnier mangeur de cadavres.

Chaque matin, sortant d’un assoupissement équivoque, il retrouvait sa tristesse assise au bord de sa natte et plus fidèle qu’une épouse. Il s’indignait qu’elle ne fût pas envolée : c’est le propre des étrangers seuls, de se plaindre plusieurs nuits sans répit ; de verser des larmes durant des lunaisons entières ! Les hommes de Tahiti ne succombent pas, d’habitude, à ces sortes de fièvres. Il est vrai que les étrangers recourent, pour s’en guérir, à d’incroyables