Page:Segalen - Les Immémoriaux.djvu/86

Cette page a été validée par deux contributeurs.



LE PRODIGE

Térii fuyait sur le récif. Il avait à grand’peine échappé à la foule hargneuse. Hagard et haletant, il détalait sans trêve. Des balafres brûlantes, poudrées de safran, coupaient son visage. Ses couronnes flétries glissaient de la tête aux épaules. Son maro déchiré dénudait ses cuisses, et, trempé d’eau de mer, collait aux genoux qui s’en embarrassaient. Une vague s’épaula, frémit, et lui vint crever sur la tête : il roula, piqué par les mille pointes de corail vivant qui craquaient dans sa peau. Se redressant, et sautant pour esquiver une autre vague, il s’effrayait ; c’était là jadis un châtiment de prêtre impie !… Des haèré-po, même des sacrificateurs, avaient dû, pour des fautes moindres, courir tout le cercle de l’île. On les voyait, assaillis par la houle, franchir en nageant les coupures du récif, reprendre pied et s’élancer encore, harcelés de gens en pirogues qui brandissaient des lances. Térii sentit que sa fuite douloureuse était une première vengeance des dieux