Page:Segalen - Les Immémoriaux.djvu/66

Cette page a été validée par deux contributeurs.


la femme grasse et belle, choisie comme épouse par Oro-atua. »

Les haèré-po considéraient l’agonie de la bête. Elle mourut oreilles dressées : c’était signe de guerre malheureuse. On observa le chef : Pomaré gardait sa nonchalante attitude. — Un remous courut dans la foule : deux étrangers, des hommes au nouveau-parler, s’approchaient avec quelque défiance, et les gardiens de l’enceinte les pressaient de se dévêtir, comme tous, par respect pour le dieu. On disputait, on s’agitait. Mais Haamanihi expliqua au peuple que ces gens étaient aussi des prêtres et de grands sacrificateurs dans leur pays ; qu’ils servaient des dieux forts et complaisants : nul ne gagnerait à les inquiéter.

Le peuple, déjà, flairait le moment des ripailles. Car, sitôt les atua repus, les desservants devaient lancer, par-dessus les barrières, le surplus des offrandes. Ils commencèrent : poissons et chiens rôtis passaient, en nombre merveilleux, au-dessus des faces tendues à suivre leur vol. Des mains plus nombreuses les happaient avant la chute et se crispaient dans les proies. Ils s’acharnaient plus que tous, les rudes vagabonds des montagnes, privés de chairs et ignorants des choses de la mer : l’un d’eux, s’emparant d’une tortue, crut l’étrangler avec ses doigts : la tête disparut sous la coquille : on se moqua de son dépit. Cependant, les Tahitiens du