Page:Segalen - Les Immémoriaux.djvu/56

Cette page a été validée par deux contributeurs.



ORO

Le temps des pluies prenait fin. Oro, par sa présence au firmament de l’île, avait fécondé la grande Hina-terrestre, et s’en allait, imperturbable, avec son cortège de nues, vers d’autres terres, ses autres femelles, pour les féconder aussi. Il convenait de pleurer sa retraite ; car le Resplendissant, jaloux d’hommages, aurait pu s’attacher à des pays plus dévots, et tarder en son retour. — Ainsi jadis, affirmaient les gens de Nuú-Hiva : le soleil-mâle n’avait point reparu. Mais l’homme Mahui, plus fort que tous les hommes, poursuivant l’atua vagabond jusque par les confins du monde, avait saisi les cheveux de lumière, et fort heureusement ramené le soleil dans le ciel Maori, — où il le fixa par des nœuds.

C’était aux Arioï, issus de Oro, que revenait le soin de ces lamentations d’absence. Ils sanglotaient donc, pendant les nuits prescrites, avec une grande dignité. Néanmoins, comme le fécondateur, en s’éloignant, dispensait à ses fidèles de surabondantes