Page:Segalen - Les Immémoriaux.djvu/108

Cette page a été validée par deux contributeurs.


maître, qu’un atua des nues, Oro, véritablement, avait emporté sur ses épaules.

La foule admira. — Comme tous avaient froid sous la pluie de l’aurore, ils songèrent au retour. Afin que l’aventure ne fût point inutile aux appétits des vivants, on cueillait çà et là, le féi qui remplit cette vallée, et l’on pourchassait les cochons sauvages. — L’histoire prestigieuse se répandit sur le contour de l’île. Des gens avisés prétendirent monter au lac, et voir, et flairer : on les mena vers la pierre insolite. Mieux que les autres, ils reconnurent les signes formidables que le pas du ravisseur avait frappés sur la roche. Se prosternant, ils adoraient le vestige du dieu.