Page:Savignon - Filles de la pluie.djvu/81

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.





VII


NUITS D’OUESSANT


Tout le jour, des rafales s’étaient abattues sur l’île. Mais le temps se calma soudain vers neuf heures du soir, et Barba, lasse d’inaction, voulut hasarder ses pas au dehors.

— Je te quitte pour une heure, dit-elle à son ami, qui, décidément n’avait pas envie de sortir. Je vais à la corvée chez Louise. Elle m’a promis pour ce soir une copie de la Complainte du Drummond Castle, qui se chante sur l’air des Morts.

Elle entrouvrit la porte. Le vent s’engouffra dans ses jupes et son visage s’épanouit d’aise. Et juste à cet instant, l’éclat du phare illumina sa face souriante qu’on eût dite en bronze. Puis, ses pas s’éteignirent dans la nuit.