Page:Savignon - Filles de la pluie.djvu/165

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.






I



Elle lui souriait, en caressant son cheval blanc couvert de sueur, face à la grève, devant sa maison du Naoulou, voisine de Paraluc’hen, d’où le paysage, à la fois champêtre et marin, révélait les quatre coins d’Ouessant.

Et Soley, pensif, l’observait avec une tendresse amusée. Car par moments elle était farouche et brutale, et on ne pouvait pas la considérer seulement comme un joujou, tandis qu’en cet instant, elle paraissait aimante et douce.

— Curieuse petite femme, remarquait-il, et indéchiffrable...

Cependant il n’avait pas les loisirs de pénétrer l’énigme. Une préoccupation hantait son esprit, depuis des jours. C’est ce qui le rendait morose et inquiétait Juliana. Elle croyait qu’il