Page:Savard - Principes de la musique et méthode de transposition, 4e édition.djvu/102

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


IV.
ÉTUDE DES TONALITÉ.




FORMATION DE LA GAMME DIATONIQUE. —
GÉNÉRATION ET ENCHAÎNEMENT DES TONS. —
PROGRESSION DES ALTÉRATIONS CONSTITUTIVES.




TONALITÉ. — FORMATION DE LA GAMME DIATONIQUE.



119. Nous avons fait remarquer de quelle manière les sons doivent être espacés pour constituer notre gamme ; nous allons maintenant étudier le principe en vertu duquel elle est formée.  
xxCe principe constitutif se nomme tonalité. La tonalité.
xxIl réside dans les affinités qui résultent de la parenté des sons.
120. Cette parenté des sons ressort de la nature même du son considéré dans le phénomène de sa production.
xxVoici en quoi consiste ce phénomène[1].
xxLe son est, comme nous le savons, le résultat des vibrations d’un corps sonore.
xxOr, tout corps sonore mis en vibration produit, outre un son principal (le seul qui, en raison de sa prédominance, soit apprécié par une oreille peu exercée), d’autres sons beaucoup plus faibles.
Phénomène de la résonnance des corps sonores.
xxCes sons, très-délicats, qui prennent naissance avec le son principal qu’ils accompagnent et avec lequel ils viennent, pour ainsi dire, se confondre, se nomment sons harmoniques ou concomitants (accompagnants). Sons harmoniques.
xxLes sons harmoniques sont à la 12e juste et à la 17e majeure au-dessus du son principal.


EXEMPLE :

P97s1.svg

  1. Nous ne présentons ici que les points saillants du phénomène de la résonnance. D’ailleurs est-il besoin de faire observer que nous ne prétendons pas voir dans le système de sons qui constituent notre gamme une conséquence forcée, inévitable du phénomène de la résonnance. Nous avons voulu seulement, dans cette étude, rechercher la raison d’être de notre tonalité, mettre en lumière les rapports qu’ont entre eux les sons dont elle est formée, parenté d’où résulte la supériorité de cette famille de sons sur toute autre combinaison que l’imagination pourrait créer, et qui met la base même de la musique à l’abri des caprices journaliers de la fantaisie.