Page:Sandeau - Sacs et parchemins.djvu/86

Cette page a été validée par deux contributeurs.


montrerai que ma table en vaut bien une autre.

Gaspard s’inclina devant Laure, pressa chaleureusement la main de M. Levrault dans les siennes et se retira en déclarant que depuis la mort de mademoiselle de Chanteplure il ne se souvenait pas d’avoir passé, même à la cour, une soirée si ravissante,

— Comment le trouves-tu ? demanda M. Levrault à sa fille dès qu’ils furent seuls dans le salon.

— Je le trouve laid, répondit Laure sans détour.

— Eh bien ! reprit M. Levrault, on se fait vite à sa figure. Le premier coup d’œil ne lui est pas favorable ; pourtant je conçois qu’à la longue on en vienne à le trouver beau. Et puis, un esprit !… des manières !… une grâce !… Il n’y a pas à dire, ajouta-t-il en fourrant ses mains dans ses poches, on est flatté de recevoir ces gens-là chez soi.