Page:Sandeau - Sacs et parchemins.djvu/531

Cette page a été validée par deux contributeurs.


lorsqu’il fut interrompu dans son improvisation.

— Ainsi, à votre compte, demanda Jean-Thomas, le champ que mon père m’a laissé et que j’ai arrondi de quelques bons lopins, je n’ai pas le droit de le laisser à mon fils ?

— Non, car l’héritage est un sacrilége, et votre fils ne posséderait qu’une propriété mensongère.

— Ainsi, demanda le père Michel, au lieu de porter mon blé au marché et de rapporter à notre ménagère quelques bons sacs d’écus, à votre compte, il faut le partager entre tous les fainéants de la commune qui se croisent les bras et passent leur vie au cabaret ?

— Vous devez le partager, au nom de la fraternité.

— Ainsi, demanda Claude-l’Éveillé, si nous avons besoin, pour faire ripailles, d’un