Ouvrir le menu principal

Page:Sandeau - Sacs et parchemins.djvu/50

Cette page a été validée par deux contributeurs.


— En vérité ! s’écria M. Levrault ; le roi a dit cela ?

— Et ce n’étaient pas des paroles en l’air, reprit Jolibois en élevant la voix. Ruiné par les révolutions, retiré dans le château de ses aïeux, qu’il ne quitte que de loin en loin pour aller passer quelques semaines aux Tuileries ou chasser à Chantilly avec les princes, vivant de peu, presque sans patrimoine, le vicomte de Montflanquin est pourtant l’homme de France le plus influent et le plus puissant à la cour. Je sais plus d’un gros bonnet qui se carre dans les hautes fonctions publiques et qui lui doit sa position. À plusieurs reprises, il m’a offert une préfecture, car, je vous l’ai dit, il me veut du bien. Tout récemment encore il me disait : Jolibois, vous n’êtes pas à votre place. J’ai toujours refusé, mes opinions politiques ne me permettant pas de rien accepter de ce gouvernement.