Ouvrir le menu principal

Page:Sandeau - Sacs et parchemins.djvu/498

Cette page a été validée par deux contributeurs.


fois. C’est là, en effet, que les grands désastres se réparent en quelques années. J’ai dans ma famille un exemple bien encourageant et qui ne sortira jamais de ma mémoire. Un de mes oncles, droguiste, rue des Lombards, était parti ruiné pour l’Amérique ; il revint, au bout de cinq ans, avec une fortune colossale.

— Et vous hésitez ! s’écria la marquise, Ah ! mon ami, qu’attendez-vous ? Si modeste que soit notre patrimoine, s’il fallait, pour vous faire une cargaison, vendre quelques pièces de terre, nous ne reculerions devant aucun sacrifice.

— Généreuse amie, je reconnais bien là votre grand cœur ; je saurai me montrer digne d’une amitié si belle.

— Ainsi votre projet est bien arrêté ?

— Arrêté d’une façon irrévocable.

— Et quand comptez-vous partir ?