Page:Sandeau - Sacs et parchemins.djvu/46

Cette page a été validée par deux contributeurs.


— Avant huit jours, monsieur, Vous verrez toute l’aristocratie des environs se presser dans vos salons et sous les ombrages de ce parc. Vous entendrez retentir autour de vous de bien grands noms, des noms bien illustres ; mais sachez bien qu’à vingt lieues à la ronde, il n’y en a pas de plus grand ni de plus illustre que celui du vicomte Gaspard de Montflanquin.

— Je le crois. Ne m’avez-vous pas écrit qu’il est d’une maison qui se rattache, par ses alliances, aux Baudoin et aux Lusignan ? À ce compte, il serait un peu parent du vieillard qui s’exprime en si beaux vers dans la tragédie de Zaïre ?

— Précisément, monsieur.

— Je serai fier, je l’avoue, de lui toucher la main.

— Ajoutez que, s’il est le dernier de sa race, il méritait d’en être le premier. Jamais