Page:Sandeau - Sacs et parchemins.djvu/45

Cette page a été validée par deux contributeurs.


— Vous le voyez, Monsieur, dit maître Jolibois, vous arrivez à peine, et déjà les plus grands noms du pays s’empressent au-devant de vous.

— Je suis touché, je ne m’en défends pas. Galaor, remercie pour nous le vicomte Gaspard de Montflanquin, ton maître. Dis-lui que nous avons fait le voyage en chaise de poste attelée de quatre chevaux, et que demain, à quelque heure qu’il se présente, nous serons heureux de le recevoir.

Galaor s’inclina respectueusement ; ses guêtres de drap, son chapeau galonné et ses boutons de métal au chiffre couronné du vicomte, disparurent bientôt au détour de l’allée.

— Eh bien ! mon cher Jolibois, il paraît que j’étais attendu ? dit M. Levrault en prenant le bras du notaire avec une familiarité charmante.