Page:Sandeau - Sacs et parchemins.djvu/424

Cette page a été validée par deux contributeurs.


M. Levrault s’inclina et ne trouva pas un mot à répondre.

— Il est vraiment incroyable que la monarchie n’ait jamais fait un appel à vos talents. Le ministre m’a parlé de vous hier dans les termes les plus flatteurs.

— Je ne me plains pas de la monarchie, dit M. Levrault, dont la langue se déliait enfin. Elle ne m’a rien offert ; mais je n’aurais rien accepté d’elle. Inébranlable dans mes principes, fidèle à mes convictions, j’ai attendu patiemment l’heure de la réparation.

— Je vous l’avais bien dit, s’écria Jolibois, le citoyen Guillaume Levrault est un républicain éprouvé. Ce qu’il pense, ce qu’il veut aujourd’hui, il l’a toujours pensé, toujours voulu. Ce n’est pas une girouette qui tourne à tous les vents.

— Grâce à Dieu, la république n’est pas aveugle comme la monarchie, reprit le pré-