Ouvrir le menu principal

Page:Sandeau - Sacs et parchemins.djvu/422

Cette page a été validée par deux contributeurs.


brodé. À l’heure indiquée, il se présentait chez maître Jolibois.

— Recevez mes compliments, dit maître Jolibois en lui tendant la main. J’ai lu ce matin votre nom dans le Moniteur ; vous vous êtes conduit en grand citoyen, en vrai patriote. La république ne sera pas ingrate, et saura vous récompenser dignement. J’ai vu hier soir le chef du cabinet des affaires étrangères ; il nous attend. Venez, ne perdons pas un instant. Le poste qu’il vous destine vous fera bien des envieux. Battons le fer tandis qu’il est chaud.

M. Levrault ne se possédait pas de joie et se confondait en remerciements. Une heure après, maître Jolibois introduisait son client à l’hôtel des Capucines. Le cœur de M. Levrault battait à coups redoublés. À la vue de Jolibois, l’huissier de service ouvrit la porte d’un cabinet. Un homme de trente ans au