Page:Sandeau - Sacs et parchemins.djvu/391

Cette page a été validée par deux contributeurs.


salon, et trouva sa fille pâle, consternée.

— Malheureuse, lui dit-il, tu vois où m’a conduit ta folle vanité. Je voulais te marier à Jolibois, Tu as voulu être marquise. Dieu seul sait maintenant ce que nous allons devenir !

Cela dit, il descendit à pas de loup, courut aux remises, badigeonna de sa main les armoiries des voitures, remonta du même pas, prit dans son buffet les boîtes d’argenterie, courut à la cave, enfouit son trésor dans une futaille, et sortit pour acheter quelques douzaines de couverts de la fabrique de Ruolz et Elkington.