Page:Sandeau - Sacs et parchemins.djvu/374

Cette page a été validée par deux contributeurs.


y attacher la moindre importance. Il comprit que l’agitation se propageait ; mais plein de confiance, il haussa les épaules et n’acheva pas même sa lecture. Il était si content de se voir ainsi vêtu, qu’il garda son costume et passa la journée chez lui. Il arpentait à pas mesurés toutes les pièces de son appartement, et se caressait le menton chaque fois qu’il apercevait son image réfléchie par plusieurs glaces à la fois. Le soir venu, il s’habilla plus simplement et sortit à pied, pour juger par lui-même de la physionomie de Paris. Arrivé sur les boulevards, il vit défiler les troupes qui regagnaient leurs casernes, les maisons illuminées comme un soir de fête, les promeneurs qui se pressaient dans les allées ; en comparant le spectacle qu’il avait sous les yeux aux nouvelles qu’il avait lues le matin, pour la première fois de sa vie il se prit à douter de la sagacité de son journal. Ainsi cette émeute,