Ouvrir le menu principal

Page:Sandeau - Sacs et parchemins.djvu/35

Cette page a été validée par deux contributeurs.


la nuit et des illusions du sommeil, ne se gênait plus et s’épanouissait librement en plein jour. Appuyé sur son gendre, il montait d’un pas majestueux l’escalier du Luxembourg. On rétablissait tout exprès pour lui, le chapeau à la Henri IV et le manteau d’hermine. Par son dévouement, par son assiduité, par ses votes silencieux et fidèles, il méritait la reconnaissance du ministère, quel qu’il fût ; sa propriété de Bretagne était érigée en baronnie. Il vivait dans l’intimité des princes. Le roi, du plus loin qu’il l’apercevait, allait à lui en s’écriant : Eh ! voici le baron Levrault ! Il ne restait plus qu’à tirer l’échelle.

Laure, de son côté, ne prêtait guère d’attention aux beautés du paysage. Elle se sentait emportée rapidement vers les rivages désirés. Déjà l’image du vicomte de Montflanquin flottait vaguement autour d’elle. Laure ne s’inquiétait pas de savoir s’il était digne