Page:Sandeau - Sacs et parchemins.djvu/33

Cette page a été validée par deux contributeurs.


maître Jolibois ? Elle ignorait qu’il eût osé prétendre à sa main. Dans les compliments exagérés du tabellion, elle n’avait vu qu’un hommage rendu à la richesse ; Laure ne demandait rien de plus. Disons, en passant, que mademoiselle Levrault ne prenait pas au sérieux toutes les prétentions de son père. Elle les flattait pour s’en servir, mais elle en faisait bon marché d’ailleurs. Elle était sa complice sans être sa dupe. Ainsi que l’écrivait Étienne Jolibois au vicomte de Montflanquin, son unique préoccupation était d’échanger le nom roturier de sa famille contre un nom qui lui ouvrît les portes du monde et de la cour ; elle se promettait charitablement, ce but une fois atteint, de reléguer l’auteur de ses jours sur le second plan de sa destinée. Quant à M. Levrault, plus fier de ses écus qu’un Montmorency de ses aïeux, il trouvait tout simple que la noblesse de