Ouvrir le menu principal

Page:Sandeau - Sacs et parchemins.djvu/299

Cette page a été validée par deux contributeurs.


lui. Le chemin du pouvoir s’aplanissait de nouveau sous ses pas. Tous ses rêves, toutes ses espérances se réveillaient et battaient des ailes. Il retrouvait au centuple ce qu’il avait perdu en perdant le vicomte. C’était lui-même qui rallierait son gendre ; c’était à lui qu’en reviendraient l’honneur et le profit. Rallier un marquis, un La Rochelandier, quelle aubaine ! La cour aurait à compter avec lui ; M. Levrault était bien décidé à lui tenir la dragée haute. On n’aurait pas un La Rochelandier pour rien ; il faudrait qu’on y mît le prix. Pour surcroît d’avantages, point de changement de dynastie à redouter ; quoi qu’il arrivât, Gaston retombait sur ses pieds, et M. Levrault sur son gendre. Ainsi, tout lui souriait, tout l’attirait ; il ne découvrait de toutes parts que joies, satisfactions, promesses, sécurité. Il ne s’agissait plus que d’amener la marquise à consentir à une al-